abus-psychiatriques-ASM-LIMOUX


PREMIER TEMOIGNAGE

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,
je me nomme thierry, je suis le createeur et donc responsable de ce blog, et je vais etre le premier a temoigner. Tout a commence il y a deja longtemps, en effet cela a commence en 1978, a l'epoque j'etais alcoolique, pourtant encore jeune, a ce jour j'ai plus de : 5o ans, et je ne bois plus d'alcool, donc en cette periode lointaine, j'ai accepté de rentrer en clinique pour me faire desintoxiquer a la clinique "les Tilleuls" a limoux, cette clinique depends de l'association ASM de limoux, a l'epoque cela ne s'appelait pas encore comme cela, et c'etait gere par des religieuses. je suis rentre dans cette clinique en mars 1978, et j'y suis reste durant une periode de six mois. A ma sortie, j'ai vecu de ci de la, puis des difficultés, ont fait que j'ai du accepter de rentrer dans un CAT (centre d'Aide par le Travail), je suis passe devant la commission COTOREP a l'époque c'etait cela maintenant c'est la MDPH. Dans ce CAT, je me suis mis de suite au travail, et les responsables en étaient plus ou moins contents, je ne m'attarderai pas longtemps sur ce sujet, le fait est que j'y suis reste de ma propre volonté durant 14 ans. puis j'ai demissionné en 1999. A cette époque, on m'a prescit entre autres medicaments une injection dite "retard", une fois par mois, cette injection provoquait des effets secondaires, malgres ce que l'on appel des "correcteurs"pour diminuer ces effets. Il va de soit que ce type de traitement, n'etait pas compatible avec le travail que je faisais, a tous momment je pouvais risquer l'accident de travail.Puis en 1999, j'ai decidé de démissionner, pourtant, de moi-meme, j'ai continue ce traitement durant plusieurs années. Puis avec l'accord de mon medecin généraliste de l'époque, j'ai pu enfin interrompre ce traitement. J'ai depuis longtemps voulu créer ma propre activite professionnelle, legale, et rentable, mais bien sur, cela ne plaisait pas a certaines personnes, malgres que je me trouvais et encore maintenant dans mon droit. De nombreuses aides m'ont été refusées, pour reussir ce projet, le temps a passé jusqu'en 2008, en fevrier 2008, je traverssais une periode encore difficile, et de ma propre volonté, j'ai deamndé une hospitalisation, dans le meme service, qu'il y a plus de 30 ans maintenant, j'étais donc en hospitalisation libre, c'est à ce momment que l'on m'a bourre de neuroleptiques, dont deux injections par mois, pour les psychiatres, le fait, de vouloir créer ma propre activite, etait du delire, alors que de nombresues personnes l'exercent et en vivent tres bien, créer et gerer des sites internet pour adultes,je n'ai jammais caché le type d'activite que je voulais créer, et tout le moncde sait que ce type de sites, existe, qu'ils sont nombreux, ils sont bien reels, IL VA DONC DE SOIT, QUE TOUTES LES PERSONNES QUI ONT CREE OU CREENT CE TYPE DE SITES, DELIRENT OU ONT DELIRER ELLES AUSSI, CETTE CONCLUSION ME PARAIT TRES LOGIQUE, POURTANT, ELLES EXERCENT CETTE ACTIVITE, ET DE PLUS NE SONT PAS BOURREES DE NEUROLEPTIQUES OU AUTRES PSYCHOTROPES, QUI PENDANT TOUTE LA PERIODE OU J'AI SUIVI CE TRAITEMENT, ONT PROVOQUE DE GRAVES EFFETS SECONDAIRES, TREMBLEMENTS, MALAISES, ETC..., J'allais oublier une chose importante, durant cette hospitalisation, les psychiatres ont conclu les pathologies suivantes :
- delire chronique
- agitation
- paranoia
- "syndrome de borderlin" (DIAGNOSTIQUE PAR MON ANCIEN GENERALISTE, QUI A CAUTIONNE A FOND, CETTE PRATIQUE, ET DONC BIEN SUR A ABUSE DE LA CONFIANCE QUE J'AVAIS EN LUI.
HORS, CERTAINS DE CES MEDICAMENTS, PROVOQAIENT ENTRE AUTRES, JUSRTEMENT COMME EFFETS SECONDAIRES, DU DELIRE, DE L'AGITATION, NORMALEMENT, LES TRAITEMENTS SONT EN GENERALE, PRESCRITS POUR ATTENUER, OU FAIRE DISPARAITRE DES SYMPTOMES, ET NON POUR AU CONTRAIRE, LES AGRAVER PAR DES EFFETS DITS SECONDAIRES.
DEPUIS QUE J'AI ARRETE CE TRAITEMENT, APRES AVOIR COMME J'EN AI LE DROIT, CHANGE DE GENERALISTE, JE NE SUIS PLUS "AGITE", LEGALEMENT, JE DISPOSE AUSSI DU DROIT DE CHANGER DE PSYCHIATRE, ET DE RECUPERER MON DOSSIER MEDICALE, SOIT POUR Y APPORTER DES RECTIFICATIONS, SOIT POUR LE DETRUIRE, OU LE REMETTRE AU NOUVEAU MEDECIN DE MON CHOIX. MAIS LES SERVICES DE L'ASM, REFUSENT CE DROIT, IL Y A DONC AUSSI ABUS DE POUVOIR, J'AI FAIS ET JE VAIS CONTINUER, APPEL A LA JUSTICE, SANS RESULTATS, IL EST VRAIS QUE L'ASM A LE MONOPOLE DE LA PSYCHIATRIE, ET DONC EST PUISSANTE, IL LUI EST FACILE DE FAIRE CROIRE QUE JE SUIS ATTEINT DE DELIRE PARNANOIAQUE. J'AI CONTACTE PLUSIEURS AVOCATS, EN SOLLICITANT L'AIDE JURIDIQUE, J'AI DEMANDE UNE EXPERTISE MADICALE JURIDIQUE, EN "REFERE"CE QUI VEUT DIRE DANS UN DELAIS MAXIMUM DE : 48 HEURES, MAIS RIEN NE SE FAIT.
LA LOI DONNE POURTANT DES DROITS AUX PATIENTS, IL EXISTE EN OUTRE UNE CHARTRE EDITEE PAR LA MIN ISTRE DE LA SANTE, "LA CHARTE DES PERSONNES HOSPITALISEES", MAIS ELLE NON PLUS N'EST PAS RESPECTEE.


bonjour,
je suis assohandicap

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :